Publié par : breizhad22 | 24/02/2013

Mam’ Goudig

Mam’ Goudig

 

Mam’ Goudig est une célèbre mascotte bigoudène que l’on trouve dans la pointe du Finistère, elle a été créée en 1997 par le dessinateur Jean-Paul David, ancien créatif publicitaire, pour faire plaisir à sa grand-mère. Depuis, elle a été déclinée en différents objets: papier à lettres, statuettes, bouteilles de liqueurs, caramels ou tapis de souris, par exemple.

Silhouette gironde surmontée d’une coiffe bretonne, Mam’ Goudig est une revanche de Bécassine. En effet, elle est une mamie à qui on ne la fait pas, une qui porte la culotte, tendre et polissonne, nantie d’un sens certain de l’humour, alors que Bécassine est une icône représentant une Bretagne passéiste, folklorique et soumise. D’où de nombreux bretons ne reconnaissent pas Bécassine comme une mascotte de Bretagne, contrairement à Mam’ Goudig.

Un blog lui est complètement consacré: Blog Mam’ Goudig

530369_10151321846475808_623320742_n

Publié par : breizhad22 | 10/02/2013

La langue bretonne ; Brezhoneg

Breton

La Langue Bretonne

 

Le breton (brezhoneg en breton) est une langue celtique parlée par 206 000 personnes en Bretagne. Ses locuteurs sont des brittophones ou bretonnants.

Les origines

Si l’origine de la langue bretonne reste à déterminer avec exactitude, on peut raisonnablement penser que le breton est un mélange de  » gallois et de gaulois « . L’émigration des bretons vers l’Armorique au IIIème siècle peut, en partie, expliquer l’existence de la langue bretonne, seule langue celtique du continent. La situation géographique de la péninsule armoricaine peut, en outre, servir d’explication à la survivance du breton face à la romanisation de la Gaule. Elle appartient au groupe des langues celtiques insulaires, c’est-à-dire originaires de l’île de Grande-Bretagne et plus précisément au groupe brittonique. Elle est apparentée au cornique et au gallois, pratiqués au Royaume-Uni.

Le recul de la langue bretonne

L’expansion de la langue bretonne – liée à la conquête territoriale – trouva son apogée au Xème siècle. L’abandon progressif du breton par l’élite constitua, dès le XIème siècle, le début du recul de la langue nationale (le dernier roi bretonnant sera Hoël). Même si Anne de Bretagne appris le breton, l’apathie des classes dirigeantes suffira largement à marginaliser la langue du peuple. Cette régression se stabilisa à partir du XVIIème siècle. La fin du XIXème sera, lui, marqué par l’apparition des lois scolaires de la République et du début de la lente agonie de la langue bretonne…

Le renouveau

La langue bretonne, qui avait décliné au xxe siècle, y vit depuis les années 2000 un certain regain. Les écoles associatives Diwan, qui dispensent des cours en breton, ont favorisé cet essor. En 2010, elles sont quarante et une à scolariser 3 528 élèves, de la maternelle au baccalauréat. Les éditeurs du cru publient plus de livres en breton que jamais. Et sur les panneaux, on trouve, en général, le nom des agglomérations en français et en breton.

Depuis les années 1990, le breton est de plus en plus représenté dans toute la Bretagne, notamment dans l’enseignement, la signalisation, la télévision, la vie quotidienne, etc. Ya d’ar brezhoneg (oui au breton), une campagne de promotion et de revitalisation de la langue, a été créé par l’Office public de la langue bretonne en 2001.

92 % des Bretons souhaitent voir conserver le breton; ils étaient 76 % en 1991 (source : sondage réalisé en novembre 2001 sur l’ensemble de la Bretagne par TMO pour Buhez et France 3 Ouest lors de l’exposition « Parlons du breton ! »).
82 % des Bretons se reconnaissent dans l’expression « Le breton est notre langue régionale ». Cette proportion est très élevée, même en Loire-Atlantique.

Publié par : breizhad22 | 25/01/2013

L’hymne Breton: Bro Gozh ma Zadoù

L’Hymne Breton

Le Bro gozh ma zadoù est l’hymne national breton. Il signifie en breton « Vieux pays de mes pères ». L’air est inspiré de l’hymne national du Pays de Galles, Hen Wlad Fy Nhadau ( Vieille terre de mes pères) 1856.

Les paroles ont été rédigées en 1898 par François Jaffrenou. L’hymne a été joué pour la première fois en 1898, il est depuis entonné dans de nombreuses manifestations culturelles, sportives et festives.

D’ailleurs, le 9 Mai 2009, l’hymne national breton fût pour la première fois joué dans un stade, lors de la finale de la coupe de France entre Rennes et Guingamp, c’est un moment historique. Lien: L’Hymne breton joué dans un stade

Lien pour écouter l’hymne traditionnel: Bro Gozh ma zadoù

Paroles en breton (Komzioù e brezhoneg)

Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro!
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-do.
Dispont kreiz ar brezel, hon tadoù ken mad,
A skuilhas eviti o gwad.

Refrain:
O Breizh, ma Bro, me ‘gar ma Bro.
Tra ma vo mor ‘vel mur ‘n he zro.
Ra vezo digabestr ma Bro !

Breizh, douar ar Sent kozh, douar ar Varzhed,
N’eus bro all a garan kement ‘barzh ar bed,
Pep menez, pep traonienn, d’am c’halon zo kaer,
Enne kousk meur a Vreizhad taer !
Refrain

Ar Vretoned ‘zo tud kalet ha kreñv;
N’eus pobl ken kaloneg a zindan an neñv,
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O! pegen kaer ec’h out, ma Bro!

Refrain

Mar d’eo bet trec’het Breizh er brezelioù braz,
He yezh a zo bepred ken beo ha bizkoazh,
He c’halon birvidik a lamm c’hoazh ‘n he c’hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh !

Paroles en français (Komzioù e galleg)

Nous Bretons de coeur, nous aimons notre vrai pays!
L’Arvor est renommée à travers le monde.
Sans peur au coeur de la guerre, nos ancêtres si bons
Versèrent leur sang pour elle.

Refrain :
O Bretagne, mon pays, que j’aime mon pays
Tant que la mer sera comme un mur autour d’elle.
Sois libre, mon pays!

Bretagne, terre des vieux Saints, terre des Bardes,
Il n’est d’autre pays au monde que j’aime autant;
Chaque montagne, chaque vallée est chère dans mon coeur.
En eux dorment plus d’un Breton héroïque!

Refrain
Les Bretons sont des gens durs et forts;
Aucun peuple sous les cieux n’est aussi ardent;
Complainte triste ou chant plaisant s’éclosent en eux.
O! Combien tu es belle, ma patrie!

Refrain

Si autrefois Bretagne, tu as fléchi durant les guerres,
Ta langue est restée vivante à jamais,
Son coeur ardent tressaille encore pour elle.
Tu es réveillée maintenant ma Bretagne!

Publié par : breizhad22 | 06/01/2013

Le Triskèle ; Triskell

Triskel

Triskell est un mot issu du grec Triskeles, ce qui se traduit par « 3 jambes ». Ce symbole est très ancien, car originaire avant le 4ème siècle avant J-C.

Le symbole représente une roue à trois branches évoquant le mouvement circulaire perpétuel autour d’un point central. Les trois branches symbolisent la trinité que l’on retrouve dans les triades celtes. Le triskell n’est donc pas uniquement breton, mais il est celte. Il a conquit l’Armorique au 5ème siècle après J-C.

Les trois branches ont diverses interprétations:

–     La plus courante est celle représentant les trois éléments, l’Eau, la Terre et le Feu.

–    D’autres disent qu’il s’agit du Ciel, de la Terre et de l’Eau.

–     Une autre interprétation possible est que les trois branches représentent les trois principaux dieux de la religion celtique: Lug, Ogme et Dagda.

–     Certains disent qu’il s’agit du cycle de la vie: enfance, vie adulte, vieillesse.

–     Il peut aussi symboliser le passé, le présent et le futur.

–     Mais la plus fausse interprétation que l’on retrouve très souvent, est celle des quatre éléments (air, eau et feu pour les branches) et la terre étant représentée par le point central. Cette interprétation ne peut être acceptée de par la présence de l’air parmi les trois éléments constituant les branches du triskell, l’air n’étant pas un élément placé sur le même stade que les trois autres dans l’esprit celtique.

Le Triskell, avec ses courbes, est symbole de dynamisme, d’enthousiasme, contrairement aux croix figées. Le sens de rotation du Triskell est primordial, en effet, tournant dans le sens des aiguilles d’une montre, sens sacré car signe de paix, le Triskell est un symbole positif. Si le Triskell tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, donc dans le sens négatif, ceci est un signe de guerre ou de conflit, ou un symbole d’interdiction de pénétrer sur un territoire.

Publié par : breizhad22 | 22/12/2012

L’Hermine ; Erminoù

20091122 20286r Hermine Mustela ermina hermine

L’Hermine

         L’Hermine est un petit mammifère carnivore qui a été utilisé très tôt en héraldique, c’est-à-dire dans les blasons, soit sous sa véritable forme, soit sous forme stylisée ressemblant à une croix avec 3 pointes vers le bas.

L’animal:

          L’Hermine est un petit mammifère carnivore, qui vit la nuit et principalement dans les montagnes. Son pelage est brun au dessus et blanc dessous en été. En hiver, elle devient toute blanche, sauf sa queue qui reste toujours noire.

Origines du symbole:

          En 1202, la Duchesse de Bretagne Alix épousa le Duc Pierre de Dreux. A l’époque, seul l’aîné des enfants pouvait garder le blason familial, les autres enfants devaient « briser les armes », c’est-à-dire ajouter une brisure, un signe distinctif. Pierre de Dreux avait ajouté au blason familial une brisure de moucheture d’Hermine. C’est ainsi que l’Hermine fit son apparition en Bretagne. Ensuite, elle fût adoptée par la lignée ducale des Montfort.  Dès 1381, l’Hermine devient le symbole officiel des ducs de Bretagne, pris comme emblème par Jean IV de Montfort qui créa l’ordre de la chevalerie de l’Hermine. Cette ordre regroupait 25 chevaliers, il a été abolit à l’annexion de la Bretagne par Charles VIII, Roi de France.

Légende:

         Un jour d’hiver où la Duchesse Anne de Bretagne se promenait à cheval, elle assista à la traque d’une Hermine par des chasseurs. L’animal à la fourrure blanche se retrouva acculé à une mare boueuse, et l’Hermine préféra faire face aux chasseurs et à la mort, plutôt que de salir et souiller son noble pelage blanc. La Duchesse obtient alors la grâce de l’Hermine, et ainsi naquit l’emblème et la devise de la Bretagne. En effet, cet évènement donna naissance à la devise de la Bretagne: « Kentoc’h mervel eget bezan saotret » ce qui signifie « Plutôt la mort que la souillure ».

Publié par : breizhad22 | 09/12/2012

Le drapeau breton ; Gwenn ha Du

Gwenn ha du
 
 
 

          Le drapeau breton se nomme le Gwenn ha Du, ce qui signifie littéralement: Blanc et Noir. Il est synonyme de diversité et d’unité.

          C’est le drapeau moderne de la Bretagne. En effet, il est inspiré du drapeau du Duché de Bretagne de 1318 pour les hermines, et des armes de la ville de Rennes pour les bandes blanches et noires. Le militant Morvan Marchal décide de reprendre ces divers symboles en 1923, et il s’inspire des drapeaux grec et américain. La Grèce pour l’idéal de la démocratie antique, et les Etats-Unis pour l’esprit de liberté. En 1925, le nouveau drapeau breton est exposé au pavillon de la Bretagne lors de l’exposition des Arts décoratifs de Paris.

          Le drapeau est constitué de 11 mouchetures d’hermines, symbole fort de la Bretagne, qui sera détaillé dans un article ultérieur. Ainsi que 9 bandes blanches et noires qui représentent les 9 pays de Bretagne. Les 5 bandes noires représentent les Pays gallo, donc de Haute-Bretagne: Pays Rennais, Pays Nantais, Pays Dolois (Pays de Dol), Pays Malouin (Pays de Saint Malo) et Pays Penthièvre (Pays de Saint-Brieuc). Les 4 bandes blanches représentent les Pays bretonnants, donc de Basse-Bretagne: Pays Léon, Pays Trégor,Pays Cornouaille, Pays Vannetais.

          Il aura fallu plus de 50 ans pour que ce drapeau s’impose définitivement et soit débarrassé de toute connotation politique et séparatiste. Depuis, il a été adopté par tous les bretons comme drapeau de la nation bretonne. Il est connu internationalement, et il est désormais indissociable du peuple breton.

Publié par : breizhad22 | 25/11/2012

Breizh ; La Bretagne

Image

La Bretagne est une entité historique, géographique et culturelle.

C’est une péninsule, à l’extrémité ouest de la France, située entre la Manche au nord, la mer Celtique et d’Iroise à l’ouest, le golfe de Gascogne et l’Océan Atlantique au sud.

C’est le bout du continent européen avec la pointe du Raz qui se trouve au Finistère. Le Finistère signifie littéralement « la fin de la terre ».

Le nom « Bretagne » vient du latin Brittania qui signifie littéralement « le pays des Bretons ».

La Bretagne se nomme Breizh en breton.

Ses habitants sont les Bretons, que l’on parle de la région historique ou de la région administrative actuelle.

L’appellation Bretagne désigne également une région française, composée de quatre départements. Le département de la Loire-Atlantique, historiquement breton, est actuellement rattaché à la région Pays de la Loire ; la question de sa réunification à la région Bretagne fait l’objet de débats.

Catégories